L’autodérision une force pour communiquer !

En optimiste en action, je pense que l’autodérision est un humour et un moyen pour entrer en contact avec de nombreuses personnes. De plus, l’idée de rire de soi a le pouvoir de dédramatiser (pour soi) une situation, de diminuer la tension interne, les angoisses, de libérer des hormones de bien-être (la sérotonine principalement)…

En exposant vos faiblesses et vos défauts, vous laissez apparaître votre force !

Pour votre entourage professionnel, comme l’indique le site Passeport santé : «  L’autodérision rassure car elle montre que vous avez assez confiance en vous pour risquer d’être ridicule. Néanmoins, en exposant vos faiblesses et vos défauts, vous laissez apparaître votre force !». En d’autre terme, et Mine de rien, l’autodérision permet également de faire passer des messages en riant.

Pour preuve de mon discours positif, j’ai vécu il y a quelques mois une situation qui, dans un premier temps, m’a déstabilisé. Puis, remis de mes émotions, je l’ai tourné en dérision et ça m’a fait du bien !

« Paris, le métro. J’attends sur le quai. Une rame arrive enfin. Je monte dans la cage à lapins bondée. Une jeune fille d’une vingtaine d’années se lève de sa banquette. Toujours, avec un sourire bienveillant, elle m’interpelle : « Monsieur, vous voulez ma place ? ». Complètement ébahi comme un croyant en face de la Vierge, je réponds un : « Non, ça va aller mademoiselle ! ». Ce ‘miracle’ me renvoie à l’enfer. « Ce n’est pas vrai, je suis devenu un Vieux, à 55 ans je suis un senior en fin de vie, un handicapé à qui on propose de s’asseoir car il a du mal à tenir debout » me balance une petite voix intérieure échappée d’un EHPAD. C’est grave, surtout que cette proposition fait suite à une remarque de la semaine dernière. Une négociatrice d’une agence immobilière m’avait fait part de son étonnement en toute franchise (ou naïveté si l’on est optimiste !) : « Vous êtes encore en activité professionnelle ? ». Après avoir entendu ma réponse négative, elle avait enfoncé le clou en me demandant : « C’est pour bientôt la retraite ? ».

L’autodérision permet également de faire passer des messages en riant

Après une journée à former des managers : « Rester zen et rire face aux problèmes », dans ma chambre d’hôtel, je me précipite devant la glace. J’ausculte mes rides. Ces marques de sagesse sont rares ou n’ont que deux millimètres de longueur. Rassuré, je m’apprête à me détourner du miroir quand une sueur froide se glisse entre deux pensées grabataires. Mes cheveux bruns ont perdu la partie. Les gris sont maintenant majoritaires ! Ce sont eux, ces vauriens qui me font ressembler à un vieux. De suite, je téléphone à ma compagne. Après les formules d’usage : « T’as passé une bonne journée ?… », je la bombarde d’une question anxiogène : « Tu trouves que je fais ancêtre ?». Aussitôt, elle me répond : « Mon vieux, il te faut admettre que tu n’es plus un jeune homme. T’as beau être alerte, encore sportif, tu es au club des jeunes seniors ». Finalement, déprimé comme un cafard seul dans le désert, je raccroche.

Je retrouve plus de sérénité et j’ai toujours la pêche

Néanmoins, toujours jeune d’esprit, je tente une ultime tentative pour me rassurer. « Allô, fiston. Quel âge me donnes-tu ? ». Il m’affirme d’un ton câlin : « Papa, franchement, si je te croisais dans la rue sans te connaître, je ne m’imaginerais pas être en face d’un type de plus de cinquante-cinq ans. Tu peux encore séduire ! ». Ça fait du bien d’entendre un sage qui voit clair. Pourtant, je n’ai pas le temps de savourer cette Jouvence de l’Abbé Soury qu’il continue : « Pour être plus précis, je te donne… ». Ah, c’est beau de se sentir jeune… Cependant, J’attends la suite de son discours requinquant. « Cinquante-quatre ans… et demi ! » me balance-il avec une voix ironique.

Finalement, ce coup de massue fait très mal. Je comprends que je dois m’abonner à Senior Magazine. Revenu en Bretagne, je retrouve plus de sérénité et j’ai toujours la pêche. Je cours, je nage (certes avec des articulations qui grincent un peu !) comme à vingt ans. Mes neurones ont toujours des idées géniales. Surtout, j’en suis sûr, je vais faire un centenaire en pleine forme… avec de beaux cheveux gris et des rides ! ». En riant, je m’aperçois que je suis tombé dans le culte de la jeunesse physique à tout prix… ».

Et vous avez-vous des souvenirs d’autodérision ? Exprimez-les pour briller !!!

Pour en savourer plus

Un site : Psychologologies.com et un article intéressant

Une vidéo : de la RTBV d’un témoignage d’un cuisinier

Ou dans mes formations ou ateliers

L’optimisme en action le jeudi 14 novembre 2019 de 18h30 à 21h30 à Paris

-Une formation : l’optimisme en action le 12 décembre 2019 de 10h à 17h30 à à Rennes

-Autre formation : Drôlement créatif les 10 et 11  février à Nantes de 9h30 à 17h30

Ou dans votre entreprise pour une formation en intra. Pour en savoir plus : https://www.humour-au-travail.fr/